UNE JOURNEE POUR LA DEPENDANCE …. MAIS PAYEE PAR TOUS

COMMUNIQUE DE PRESSE
 UNE JOURNEE POUR LA DEPENDANCE ??
 Pourquoi pas mais payée par TOUS.

 

L’idée d’une journée de solidarité pour couvrir ce 5ième risque qu’est la dépendance est en soi une bonne idée.
Un jour de travail supplémentaire non rémunéré serait donc mis en place. En contrepartie de la valeur ajoutée ainsi crée, les employeurs devraient verser à l’Etat une nouvelle contribution équivalente à 0.3% de la masse salariale. Alors que le temps de travail en France est parmi les plus faibles des pays de l’Union Européenne, une telle idée peut avoir du sens.

Mais souvenons-nous …
L’expérience du jour de solidarité instauré en 2004 a en effet montré que les efforts demandés aux salariés étaient différents en fonction de la catégorie d’entreprise à laquelle ils appartenaient.
Et 2018 ce n’est plus acceptable.
Ainsi la plupart des patrons de TPE PME du transport routier ne sont pas en mesure de prendre en charge cette contribution et leurs salariés doivent donc travailler une journée sans être payés.
 A l’inverse, des « arrangements » ont été trouvés dans certaines grandes entreprises au tout premier rang desquelles on trouve LA SNCF !!!
 Celle-ci finance cette contribution en lieu et place de ses salariés. A titre de compensation les cheminots sont « censés » travailler 2 minutes de plus par jour !!!  On croit rêver
L’effort demandé pour le financement du 5ième risque qu’est la dépendance doit être le même que l’on travaille dans une petite ou grande entreprise. C’est à cette condition que l’UNOSTRA l’acceptera.
 Paris le 16 avril 2018