GRÉVE DES ROUTIERS – BORNE S’engage à maintenir le CFA

Les syndicats de salariés ont prévenu : leurs revendications ne portent pas seulement sur la réforme des retraites. 5 organisations Transport (CFDT, FO, CFTC, CGC et la CGT qui s’est joint au mouvement) souhaitent exprimer leur mécontentement sur leurs conditions de travail et les salaires. Elisabeth Borne s’est engagée ce matin au maintien du CFA.
Invitée sur France 2, ce matin, Elisabeth Borne, la ministre de la transition écologique, a confirmé que le CFA serait maintenu, « comme nous nous étions engagés ». Le dispositif est financé à la fois par l’Etat et les cotisations patronales et salariales. Il permet aux conducteurs attestant d’une certaine ancienneté de partir en retraite cinq ans avant l’âge légal. S’ils avaient reçu la garantie par l’Etat du maintien de son financement pour 3 ans, le gouvernement ne s’était pas engagé à garder le dispositif comme tel. L’Etat avait demandé il y a deux ans que le CFA soit renégocié avec les partenaires sociaux. Reste désormais un engagement écrit, ce que les syndicats devraient demander rapidement.
Des actions ont lieu sur l’A62 à Eurocentré près de Toulouse. Des barrages filtrants ont été installés en Bretagne sur la RN165 et devant le dépôt pétrolier de Brest. D’autres opérations se déroulent sur l’A35 en Alsace, à Ludres-Fléville près de Nancy, à Corbas vers le marché au gros près de Lyon. Par ailleurs, 60 manifestants de la CFDT et de la CFTC ont installé un piquet de grève devant les sièges de la FNTR, TLF et de l’UNOSTRA dans le 17e à Paris.
L’accord du 4 octobre 2017 (qui avait mis fin à une grève) n’est pas suffisant, selon eux. Certes, il permettait à l’époque de pérenniser le métier de conducteur routier mais sur certains points seulement. Les syndicats en demandent davantage.
L’UNOSTRA vous rappelle ce que contient l’accord du 4 octobre 2017 :
  • Un nouvel accord est rédigé en 4 heures, à la fois conforme aux souhaits des partenaires sociaux et à l’esprit des ordonnances.
  • Il confère la primauté des accords de branche sur les salaires minima hiérarchiques incluant :
  • Le travail de nuit, dimanche et jours fériés,
  • L’amplitude, coupures et vacations,
  • Les garanties de rémunérations mensuelles ou annuelles,
  • Le treizième mois des transports routiers de voyageurs et transports de fonds et de valeurs,
  • Les frais professionnels (frais de déplacement).
                                                                    Source TRM24

Les organisations patronales recevront les délégations syndicales dans la journée.

 

Paris le 16 décembre 2019