LE TRANSPORT SCOLAIRE EST EN CRISE

 Pour les français, le transport routier de voyageurs c’est avant tout :
le transport scolaire :
En cette période de rentrée scolaire Eric Valade, vice président voyageurs de l’UNOSTRA sonne l’alerte !!
Eric Valade
Le secteur est en crise car la pénurie de conducteurs se fait ressentir de plus en plus sur le créneaux du transport scolaire :
  • Avec de nombreuses embauches en plein temps par les réseaux urbains qui augmentent leur périmètre,
  • Avec Les lignes MACRON qui au bout du compte, ne sont pas si rentables que prévues mais nécessitent un nombre de conducteurs élevé afin de respecter la réglementation,
  • Avec les lignes régulières revues, corrigées et réaménagées depuis la loi Notre,
  • Avec enfin, des conducteurs de cars scolaires qui occupent des emplois à temps partiel
Les nouveaux appels d’offres lancés par les régions pour les départements se composent de lots importants avec des enchaînements de services qui ne sont plus possibles avec le changement du rythme scolaire ramené à 4 jours pour les primaires. Ils entrainent un recul du temps de travail par conducteur malgré le respect de la convention collective de 3 heures payées pour 2 vacations et de 4 heures 30 payées pour 3 vacations.
Les appels d’offres obligent les autocaristes de TPE PME à aller dans le sens inverse de leurs priorités, qui est de maintenir les emplois en offrant aux conducteurs un contrat de travail comportant un nombre d’heures le plus élevé possible, de façon à les fidéliser.
A ce jour, ils constatent qu’en plein travail de réponse aux appels d’offres, les circuits ne sont plus en adéquation avec les contrats de travail existant dans leurs établissements. !
Une multitude de circuits fonctionnent avec les mêmes horaires, (et non plus en enchainements). Ce qui oblige les transporteurs à recruter davantage de conducteurs dans un bassin d’emploi plus que sinistré et pour des emplois de plus en plus précaires.
Le secteur du transport de voyageurs est en crise l
L’UNOSTRA tire la sonnette d’alarme
Demain dans tous les territoires, qui va transporter les élèves ?
Paris le 17 septembre 2018