Projet Loi Climat et Résilience : il est URGENT d’agir

-Communiqué-

Projet Loi Climat et Résilience : il est urgent d’agir

 

Depuis plusieurs semaines, les syndicats de transporteurs se battent contre le projet de loi climat et résilience, signant tout simplement la mort du transport routier Français.
Le gouvernement délaisse complètement le secteur routier. Débattu le 14 mars dernier en première lecture, l’Assemblée nationale n’a retenu aucun des amendements proposés, notamment sur les articles 30 (suppression programmée de la TICPE d’ici à 2030), 31 (formation à l’écoconduite) et 32 (création de la possibilité d’instaurer des écotaxes régionales).
Il est urgent d’agir. Les transporteurs français se retrouvent taxés toujours plus, et cette fois-ci, au nom de l’écologie. Les transporteurs ne sont pas des pollueurs. Pour rappel, ils ne représentent que 6% d’émissions de CO2 national.
Outre cette taxation supplémentaire au nom de l’écologie, le principal problème réside dans la suppression pure et simple de la TICPE annoncée pour 2030 avec des diminutions annuelles à compter de 2023. C’est tout bonnement inconcevable. Cette suppression de la TICPE mettrait grandement en difficultés les entreprises de transport et leur survie. Aujourd’hui, AUCUNE entreprise ne réalise un bénéfice supérieur au remboursement de la TICPE. Sa disparition aurait de lourdes conséquences pour le secteur.
Quant à l’écotaxe régionale, le problème est global. Elle impactera grandement la compétitivité des entreprises locales et entraînera une répercussion sur tous les acteurs économiques locaux, jusqu’au consommateur.
L’UNOSTRA accompagne les transporteurs routiers français. Lors du premier confinement, les camions ont répondu présents lorsqu’il a fallu approvisionner les grandes surfaces et les hôpitaux.

 

Il est plus que jamais nécessaire que TOUTES les entreprises fassent valoir leur opposition à ce projet de loi qui les menace d’extinction. Les transporteurs ont toujours honoré leurs engagements et fait des efforts en terme d’écologie. Mais ce projet de loi ne peut pas être adopté en tant que tel.
Le pavillon français est plus que jamais menacé. Des solutions doivent être trouvées. Il en va de la survie du transport routier national.
Paris, le 23 mars
Contact presse : 06.80.60.41.79