Prise en charge des coûts fixes : Les TPE PME ne doivent pas être oubliées !

– Communiqué de presse –

 

Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire vient d’annoncer la mise en place du dispositif de prise en charge des coûts fixes pour les entreprises à partir du 31 mars. Ce dispositif est ouvert aux entreprises fermées administrativement ou appartenant aux secteurs du “plan tourisme” (S1 et S1 bis) selon certaines conditions. Il permettra de couvrir 70% des pertes d’exploitation pour les entreprises de plus de 50 salariés et 90% pour les entreprises de plus de 50 salariés.
Ce dispositif est loin d’être suffisant. Pour pouvoir en bénéficier, les entreprises doivent réaliser plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires mensuel ou 12 millions de chiffre d’affaires annuel.

coûts fixes TPE PME

AUCUNE TPE PME ne réalise un chiffre d’affaires supérieur à un million d’euros. Ces entreprises se retrouvent laissées pour compte, elles qui essuient une absence totale d’activité depuis un an et une perte de 80% de chiffres d’affaires en 2020.
Il est urgent que les TPE et PME du transport routier de voyageurs effectuant moins d’un million d’euros de CA ne soient pas exclus de ce dispositif. Ces entreprises sont en réel danger de disparition sur le court terme.
Le secteur n’a aucune activité, d’autant que le mois de mars signe aussi la reprise des échéances financières mensuelles de leurs véhicules, ce qui est impossible.
Le ministre des TPE et PME, Alain Griset, avait annoncé un élargissement de la liste des secteurs pouvant prétendre à une prise en charge des frais fixes de 70 à 90% dans le cadre du fond de solidarité. L’UNOSTRA  et plusieurs syndicats du transport routier de voyageurs avaient déjà alerté sur ce seuil de 1 million de CA qui priverait injustement les PME du secteur.
Les entreprises du Voyage (EDV) ont demandé à ce que les entreprises réalisant moins de 1 million de CA soient concernées par ce dispositif. L’UNOSTRA les soutient et se battra à leur côté pour que les TPE PME du secteur tourisme obtiennent toutes les aides nécessaires à leur survie. Aucune entreprise ne doit être oubliée.
Il est urgent d’agir !
Paris, le 12 mars

 

Contact presse : 06.80.60.41.79