Crise du transport routier voyageurs : l’Unostra ALERTE les banques

Voilà bientôt un an que le transport routier de voyageurs est à l’arrêt. La crise sanitaire a fortement impacté le secteur du tourisme par autocar avec une baisse du chiffre d’affaire de 80% sur l’année 2020. Cette baisse est désormais de 100% depuis le premier trimestre 2021.

Autocars

Cette crise suscite beaucoup d’inquiétudes de la part du secteur voyageurs face à une reprise de l’activité qui ne devrait pas se dessiner avant l’automne 2021. De plus, les mois qui arrivent sonnent la reprise des échéances bancaires. Par manque d’activité, et donc de recettes, beaucoup d’entreprises ne sont pas en mesure d’honorer leurs engagements concernant le paiement des loyers à taux plein à partir de mars 2021.
Si des discussions depuis plusieurs mois avec différents ministres sont en cours pour obtenir des aides nécessaires à la survie du secteur, il est désormais urgent que les banques apportent leur soutien dans cette crise sans précédent.
C’est pourquoi l’UNOSTRA a décidé d’alerter les banques, organismes financiers et autres, en leur adressant un courrier pour leur proposer un accord « gagnant-gagnant », nécessaire pour trouver une solution de sortie de crise.
Afin d’éviter des litiges, la saisie des véhicules, et donc d’encombrer le marché de l’occasion déjà complètement saturé, l’UNOSTRA, accompagnée de ses chefs d’entreprises, propose de reporter à nouveau leurs échéances bancaires. Deux possibilités de reports sont proposées, sur une période définie de 6 à 12 mois avec un paiement de 25 à 50 % des traites selon la capacité financière des entreprises concernées.
Cet accord est vital afin d’entrevoir une sortie de crise. Il permettrait de proposer une solution adaptée et personnalisée à la hauteur des besoins des autocaristes.
L’UNOSTRA continue à discuter activement avec les différents ministères afin de trouver d’autres solutions pour l’ensemble de ses adhérents. Elle continuera à le faire jusqu’à ce que toutes les aides nécessaires soient obtenues. La survie des entreprises du transport voyageurs en dépend.
Paris, le 23 février

Contact presse : 06.80.60.41.79