LE POINT SUR LE TOURISME EN AUTOCAR EN PAYS DE LA LOIRE

Émission France BLEU le18/11/2020
Le tourisme à l’arrêt à cause du confinement : “une catastrophe” pour les autocaristes des Pays de la Loire
Les autocars de voyage sont quasiment tous à l’arrêt depuis le reconfinement en France. En Pays de la Loire, certaines entreprises sont en grande difficulté. Certains demandent plus de soutien de la part de l’État.

Certains autocar tourisme de la société Sofiane voyages n’ont pas roulé depuis le mois de mars. © Radio France – Noémie Lair
Quand le tourisme ne tourne pas, les autocars non plus. Tous les véhicules qui transportent habituellement des touristes, des équipes sportives ou encore des clubs du troisième âge sont à l’arrêt à cause du coronavirus et du reconfinement. Ces cars ont bien le droit de rouler mais tous les voyages sont annulés ou reportés.
“Certaines entreprises ont des services conventionnés, type transports scolaires et lignes régulières, donc les conducteurs de tourisme ont été réorientés vers ces activités, indique Pascal Fontaine, président de la FNTV Pays de la Loire, invité de France Bleu Loire-Océan ce mercredi 18 novembre. Mais il y a des sociétés spécialisées dans le transport de tourisme et certaines ont commencé à réfléchir à des licenciements économiques.”
Une activité proche de zéro
Sofiane Voyages, dont le siège social est à Nantes, fait partie de ces entreprises dont la grande majorité de l’activité est liée au tourisme et aux loisirs. Loïc Morand a donc vu l’activité de la société familiale chuter depuis le premier confinement, reprendre légèrement cet été puis retomber pour atteindre aujourd’hui une baisse de 90 % de l’activité“C’est une catastrophe”, souligne-t-il, ému en voyant chaque matin tous ses véhicules à l’arrêt, alignés les uns à côté des autres dans son entrepôt de Puceul, au nord de Nantes.
La plupart d’entre eux n’ont pas roulé depuis le mois de mars. La seule activité que font Loïc Morand et son frère est la maintenance des autocars : allumer le moteur, vérifier que tout fonctionne, faire un petit tour et se garer ou réaliser le contrôle technique (obligatoire tous les six mois pour les autocars). “Faire tourner le moteur, c’est nécessaire pour l’entretien mais on préférerait le faire avec des gens dedans”, déplore-t-il.
Ils demandent plus d’aides de l’État
La quinzaine d’employés en CDI de Sofiane Voyages (UNOSTRA) est au chômage partiel et les contrats saisonniers ont été supprimés. Loïc Morand espère un soutien de l’État plus important : “On va peut-être avoir les 10 000 euros mais ce n’est pas grand-chose quand on doit sortir 100 000 euros tous les mois. Il faut que ce soit proportionnel au chiffre d’affaires.”
“On a intégré le plan tourisme donc on a eu des aides, des exonérations de charges et des reports d’échéances donc l’État a joué le jeu mais l’Éducation nationale a donné des consignes pour stopper quasiment toute activité occasionnelle et périscolaire. On ne comprend pas, d’autant qu’on a pris des mesures sur le plan sanitaire”, ajoute Pascal Fontaine. Il espère “une embellie en 2021 mais on n’en est pas sûrs.”
 Paris le 19 novembre 2020
 
                                                                                           Source les routiers.com