COVID 19 – LE TRANSPORT ROUTIER VA CRAQUER

LE TRANSPORT ROUTIER VA CRAQUER …
 
Depuis bientôt 4 semaines, jour et nuit, ils continuent de sillonner la France, pour approvisionner les étals des grandes surfaces, en produits alimentaires, en produits d’hygiène. Jour après jour ils livrent, les magasins de presse et tabacs, les boulangers, les stations service, les bouchers, les pharmacies, les hôpitaux …. Les commandes internet des particuliers.
Mais aujourd’hui les patrons de TPE PME du transport routier en ont MARRE !
Pas de gants, pas de masques, des plates formes de distribution ou faute de personnel les conducteurs sont obligés de vider leur camion, quand ils n’attendent pas des heures avant d’être pris en charge, ou comble de l’exaspération quand on ne les renvoie pas « pleins » à la case départ.
Plus que jamais les camions sont le vecteur essentiel d’approvisionnement d’un pays confiné.
Les transporteurs demandent à l’ETAT qu’au-delà des remerciements en plateau télé les politiques s’engagent en actions et les considèrent comme prioritaires dans l’attribution de gants et de masques et qu’à terme un plan de continuité transport – pandémie voit le jour .
Qu’ils dénoncent sans relâche, comme » fake news « le fait que les prix de transports profitent du COVID 19 pour s’envoler.
Non les augmentations de prix des fruits et légumes ne sont pas dues à l’augmentation du prix du transport routier, car il en représente une part infime. Par contre l’écart parfois constaté vient peut-être du » choix » de recourir aujourd’hui à des transporteurs nationaux aux coûts sociaux différents…
 A ce jour la plupart des camions roulent à 50 % de leur capacité, faute de retour de chargement et pourtant  malgré cette perte sèche, ils continuent leur mission d’approvisionnement.
Les 36 000 transporteurs participent à l’effort national.
L’Etat a pour mission de leur donner les moyens de le faire, mais pas à n’importe quel prix, ni dans n’importe quelle condition sociale, sinon ils s’arrêteront .
Paris le 7 avril 2020