Projet Climat Commission Européenne : l’UETR alerte sur l’importance d’un soutien pour le secteur du transport

– Projet Climat CE : l’UETR alerte sur le soutien du secteur des transport –

L’UETR, dont l’UNOSTRA est membre active, se félicite des objectifs climatiques “Fit for 55” mais exprime des inquiétudes quant à l’impact de l’ETS sur les PME du secteur des transports et les consommateurs. L’UETR soutient pleinement la protection de l’environnement et l’objectif de neutralité climatique d’ici 2050 et de réduction des émissions d’ici 2030. Le paquet ” Fit for 55 ” constitue un pas important vers ces objectifs.
L’UETR se félicite de la proposition de règlement sur le déploiement d’infrastructures pour carburants alternatifs et de son approche pragmatique des objectifs en matière d’infrastructures électriques pour les véhicules commerciaux immatriculés dans les États membres. Il y a un seuil à atteindre pour que le maillage soit suffisamment dense pour répondre aux attentes, aux besoins et aux investissements des entreprises. La référence à la présence de points de recharge pour les camions dans les aires de stationnement est également positive.

UETR Transport

L’UETR soutient la mixité énergétique et la neutralité technologique qui doivent être assurées en tenant compte à la fois des utilisateurs et des flux. Un soutien supplémentaire au déploiement du GNL, qui s’est avéré être un carburant de qualité et fiable compatible avec le secteur du transport routier, est essentiel pour la transition écologique. Le GNC, le GNV et le bioGNV doivent également être encouragés.
L’harmonisation technique, l’utilisation des technologies numériques et l’information complète et transparente sont également des éléments importants de la directive révisée pour résoudre le problème des différents systèmes de paiement et le manque d’information adéquate pour les transporteurs.
L’UETR prend également note de la proposition d’un nouveau système d’échange de quotas d’émission distinct pour le transport routier et exprime ses préoccupations quant à l’augmentation des prix des carburants et à l’impact sur les consommateurs. Les petits transporteurs soutiennent la mobilité durable mais les investissements déjà réalisés doivent être pris en compte – plus que jamais à la lumière de la crise COVID 19 et des besoins urgents liés à la relance. Avec l’évolution très probable du maintien d’un nombre significatif de véhicules à moteur à combustion interne et de diesel dans les 10 prochaines années, si on ne leur fournit pas un soutien adéquat, les transporteurs n’auront d’autre choix que de répercuter l’augmentation des coûts sur les clients, et donc sur les consommateurs.
A cet égard, l’UETR souligne l’importance d’assurer une affectation stricte et large, pour que tous les flux de revenus nationaux soient utilisés pour des investissements spécifiquement dans le transport routier et les infrastructures afin d’atteindre les objectifs du Green Deal. Jusqu’à présent, les petites entreprises ont fait d’énormes efforts pour passer au vert. Le nouveau système doit les accompagner et les soutenir sur la voie de la mobilité à faibles émissions, grâce à l’utilisation ciblée de l’ensemble des recettes générées par le SCEQE. Il s’agit d’une approche réaliste pour un déploiement réussi des véhicules au GNL, à l’hydrogène ou électriques vers une économie à émissions zéro. L’efficacité du mécanisme social pour le climat proposé pour atténuer pleinement les impacts sociaux et économiques reste à vérifier.
Paris, le 15 juillet