L’APPROVISIONNEMENT DES ANTILLES COMPROMIS

Plusieurs départements et territoires d’outre-mer commencent à ressentir les effets des opérations « ports morts » menés en métropole.  Les difficultés d’approvisionnement sont nombreuses dans les Antilles.
Les grandes surfaces de certains départements et territoires français d’Outre-mer commencent à manquer de produits alimentaires frais en raison du mouvement de grève contre la réforme des retraites dans les ports français. Alors que le mouvement s’intensifie chez les dockers de France métropolitaine, avec une opération “ports morts” lancée par la CGT dans les sept grands ports maritimes, en Guadeloupe, le manque se fait déjà sentir pour des produits de base comme le lait, les fromages ou le jambon.
Du côté de la Martinique, quelques conteneurs ont fini par arriver après plusieurs jours d’attente, permettant de remplir un peu les rayons, mais la situation est loin d’être stabilisée, reconnaissent des responsables de supermarchés. Pendant plusieurs jours début janvier, à la place des yaourts, desserts, jambons, beurres ou fromages, la quasi-totalité des enseignes de l’île ont affiché les mêmes annonces : “Chers clients, en raison de mouvements sociaux dans les ports hexagonaux, nous ne sommes pas en mesure de vous proposer l’ensemble de vos produits habituels”.
La Réunion et Mayotte s’en sortent mieux
A Saint-Martin également, les rayons des produits frais sont clairsemés et les ruptures de stock ont commencé à se faire sentir également du côté des produits “secs et liquides”.
De temps en temps à cette époque il est fréquent de connaître des problèmes de retard d’un, deux ou trois jours dus au mauvais temps. Mais les stocks minimums sont garantis. Mais actuellement avec ces blocages, la situation n’a jamais été aussi grave.   En Guyane, certaines grandes surfaces font état de « ruptures d’approvisionnement depuis la fin de semaine dernière dans les rayons frais. Et le secteur de la grande distribution craint désormais de recevoir des produits “périmés” suite au retard accumulé.
Les perturbations sont plus modérées à la Réunion et à Mayotte, qui s’approvisionnent notamment auprès des pays voisins.
L’UNOSTRA qui a dénoncé dès les premières heures les grèves des ports « destructrices d’emplois « pour des milliers de TPE PME a saisi le Ministère de l’Intérieur afin de réclamer le retour au fonctionnement normal des ports
Paris le 17 janvier 2020