LE COUP DE GUEULE DES TRANSPORTEURS DE CONTAINERS

Les dockers sont en grève contre la réforme des retraites et ce depuis le 5 décembre 2019
Sur le mois de décembre les dockers ont été en grève les 5-10-12-17-19.
Ce qui a représenté 2 jours de grève par semaine sur les semaines 50 et 51.
Les remorqueurs ont enchaîné en faisant grève du 18/12 au 22/12 inclus. Ce qui signifie que les bateaux n’ont pas été chargés et déchargés pendant cette période.
Ces faits ont   fortement perturbé l’activité commerciale des transporteurs qui ont vu leur chiffre d’affaires baisser au minimum de 30 % sur cette période.
Depuis le mois de janvier la situation est encore plus catastrophique.
Les dockers ont été en grève les : 9-10-11
Pour cette semaine ils sont en grève depuis ce jour jusqu’à vendredi matin 6h00 en ayant pris soin de refuser le chargement des camions ayant un rendez-vous dès hier soir à 18h30.
Pour le transporteur de containers c’est une semaine morte.
Paradoxalement, ces mêmes transporteurs viennent de recevoir un mail leur proposant de travailler samedi matin !
Des informations laissent supposer que la semaine prochaine les dockers seraient en grève les 21-22-23-24. Ce qui revient à charger un container le lundi et le restituer une semaine plus tard !
La situation ne peut plus durer. Certains transporteurs ayant 1 à 2 camions et pratiquant uniquement cette activité, vont mettre la clé sous la porte après avoir perdu près de 70% de leur chiffre d’affaires.
Il est fondamental que les autorités comprennent
Qu’un porte-container ne peut transporter que des containers.
Bien entendu les transporteurs peuvent se diversifier dans l’activité de l’Export. Mais comme les remorqueurs font grève toutes les semaines du vendredi au dimanche, les containers ne sont pas chargés sur les bateaux. Ceux-ci ne pouvant se permettre d’attendre, ils vont livrer et charger ailleurs dans les ports de (Barcelone, Gènes, Anvers). En retour les clients annulent leurs commandes préférant conserver la marchandise dans leurs locaux que de la stocker dans les ports à leurs frais.
D’autre part et à juste raison, les conducteurs sont très inquiets pour leur salaire du mois de janvier 2020. En effet le nombre d’heures supplémentaires va être réduit à zéro, par rapport aux autres mois. Ils vont perdre au minimum 400.00 €. Ce qui va provoquer des difficultés financières dont les entreprises ne sont pas la cause.
La situation devient catastrophique, les transporteurs pratiquant cette activité vont très mal et ne pourront résister encore longtemps. De plus, l’économie ne peut supporter l’arrêt de tous ces ports français.
Les conséquences vont être ressenties par tous. Les départements d’outre – mer : Guadeloupe et Martinique accusent déjà le manque de certains produits. Les clients des ports français vont aller travailler avec les ports étrangers (espagnols, italiens et belges). Ensuite comme de coutume, les dockers ayant repris leur travail, se mettront de nouveau en grève pour protester contre le fait que l’activité portuaire est en très forte baisse. Les ports français vont être en perte de vitesse pour longtemps et avant que la confiance des clients revienne il va se passer des mois.
De plus les grévistes outrepassent leurs droits. En effet la semaine dernière à partir de jeudi dans le port du Havre ils ont bloqué l’accès aux bureaux des commissionnaires qui voulaient travailler. Chaque employé a dû travailler de chez lui. Pourtant la plupart sont propriétaires de leurs bureaux. C’est un scandale qui doit cesser sans délai !
C’est la raison pour laquelle l’UNOSTRA a saisi le Ministère des Transports et de l’Intérieur afin qu’une réponse rapide soit apportée à cette situation et que les ports français soient de nouveau opérationnels.
Paris le 14 janvier 2020