LE TRANSPORT ROUTIER EN MARTINIQUE-ETAT DES LIEUX

TRANSPORT ROUTIER EN MARTINIQUE – ETAT DES LIEUX
La DEAL a convié les transporteurs martiniquais le 4 juillet dernier pour une réunion de concertation destinée à faire l’état des lieux du transport routier de marchandises en Martinique.
Cyrille LIROY chef de service de la DEAL animait cette réunion. Quatre dossiers au cœur des préoccupations des transporteurs et de l’UNOSTRA ont été traités.
1 – La remise à niveau du registre des transporteurs :
Au terme d’une procédure de régulation établie d’un commun accord entre la DEAL et les organisations professionnelles, 70 entreprises en non-conformité ont vu leur autorisation d’exercer suspendue entrainant l’interdiction de toute activité. 52 d’entre elles n’ayant pas réagi elles seront radiées du registre des transporteurs.
2 – La clarification de l’historique des cotisations des transporteurs aux anciennes caisses de retraite :
Les cotisations de certains transporteurs auprès d’anciennes caisses de retraite ne seraient pas reprises dans les fichiers de l’actuelle Sécurité Sociale des travailleurs indépendants (ex RSI).
Des échanges ont lieu avec la SSI (sécurité sociale des indépendants) afin de régulariser cette situation lourdement pénalisante pour les chefs d’entreprise martiniquais.
Toutefois, les organisations professionnelles dont l’UNOSTRA ont demandé à ce que cette concertation soit élargie à la CCIM (chambre de commerce et d’industrie de la Martinique) et à la CMAM (chambre de médiation et d’arbitrage de la Martinique)
3 – Point de la mission du CNR en Martinique
Le rapport provisoire a été établi fin juin 2019, la restitution aura lieu courant septembre 2019. Cette nouvelle mission sera l’occasion de poursuivre avec la profession l’action de sensibilisation auprès des transporteurs.  Il a été rappelé l’absolue nécessité que tous les acteurs participent à cette restitution en particulier la CCIM.
4 – Poursuite des échanges sur la réglementation sociale européenne du temps de pause des conducteurs :
En accord avec la DEAL une concertation pilotée par les OP dont l’UNOSTRA va être mise en place.
Les premiers échanges se feront en bilatérales avec chaque organisation syndicale.
Dans un second temps une synthèse sera rendue en présence de la DEAL afin de formaliser une éventuelle adaptation du temps de pause des conducteurs routiers.
Deux organisations syndicales ont été identifiées la CSTM et la CGTM, cependant pour la fiabilité de la démarche la DEAL consultera toutes les organisations syndicales afin de connaitre leur éventuelle représentation dans le secteur des transports routiers.
Ces réunions bilatérales auront lieu dans un avenir proche, car l’application de la directive Européenne sur les temps de repos demeure au fil des ans toujours aussi  inapplicable sur le territoire de la MARTINIQUE.
Paris – Fort de France
Le 1 aout 2019