LA REFORME SUR LA DEPENDANCE : LES PROPOSITIONS

Après la concertation demandée par l’exécutif 2018 autour d’un grand projet baptisé « Grand Age et Autonomie » ayant abouti au rapport Libault le 28 mars dernier, de nombreuses propositions ont été présentées à Agnès Buzin dont certaines seront intégrées au projet de Loi sur la Dépendance prévu pour la fin de l’année 2019.

A l’occasion du lancement de la mission sur les métiers du grand âge confiée à Myriam el Khomri, la Ministre des Solidarités et de la Santé a précisé le contenu de ce projet de Loi en évoquant notamment :
Les grandes lignes du projet de Loi :
  • Le financement du risque de perte d’autonomie majoritairement par la solidarité nationale
  • La priorité donnée au maintien à domicile des personnes âgées, assortie de mesures sur les services à domicile
  • La communication autour de « réflexes de prévention » permettant au maximum ce maintien à domicile.
  • La mise en place d’un « programme ambitieux d’aménagement des logements »
  • Un changement dans les Ehpad qui deviendraient notamment des lieux « d’expertise et de soutien aux familles
  • La diminution du reste à charge (RAC)
  • Un soutien des proches aidants dès 2020 avec notamment la mise en place d’un congé de proche aidant indemnisé (insertion dans le PLSS pour 2020)
  • Exemple d’axes de travail de la mission sur les métiers du grand âge :
  • L’identification des compétences,
  • La mise en place de nouvelles formations,
  • L’amélioration des conditions de travail et la revalorisation des métiers.
L’UNOSTRA a proposé que le financement solidaire de ce 5ième risque ne se limite pas à une cotisation prélevée sur les salariés et les entreprises mais qu’il concerne bien tous les revenus.
Paris le 17 juillet 2019